Microsillon

microsillon

Microsillon est un projet dédié aux arts numériques et à la musique électronique, projet ambitieux et transversal créé en 2014 par des membres de l’association Electrik Campus, étudiants en Licence professionnelle GDSM.

Il découle d’une envie de proposer un projet indépendant, original et fédérateur. Pour cela, nous avons organisé un événement ambitieux le mercredi 7 décembre 2016 dernier. Cet événement s’est déroulé au Grand Atelier de l’EVE. Nous avons souhaité, par cette action, encourager les liens entre les acteurs universitaires et la ville, soutenir les musiques électroniques qui ne cessent de se développer en lien proportionnellement au développement des nouvelles technologies. Le projet Microsillon a fédéré plus de 300 spectateurs en décembre dernier. Il est donc souhaitable de poursuivre sur cette lancée et de porter le projet, désormais sorti de l’ombre, toujours plus loin.

En effet, notre événement ne s’est pas limité à la seule diffusion de musiques électroniques. Nous avons souhaité proposer un concept liant la culture techno aux arts numériques et visuels. L’alliage de ces deux domaines constitue aujourd’hui un axe majeur à développer. L’année dernière, les étudiants en GDSM avaient sollicité les étudiants du Master Design Sonore de l’ESBAM et du LAUM qui avaient animé le lieu par des performances et activités comportant des ateliers animés et mis en scène par le biais de la vidéo et de la musique. Pour la nouvelle édition, nous avons proposé une grande exposition (peinture, photographie) dont les thèmes ont été proches de l’esthétique que nous avons souhaité proposer, tant sur le plan artistique, que musical (Berlin, époque du Bauhaus, de Kandinsky, des premiers studios de musique électroniques, rôle de l’industrie). La présence d’un visual-jockey durant les performances des DJs a été unanimement saluée.

Nos objectifs ont été les suivants:

  1.  Etre au faite de l’avant-garde en matière de musique électronique, une esthétique encore peu développée au Mans, très présente à Paris, dans les grandes villes de l’Ouest et dont le public est pourtant très demandeur (nous nous permettons de rappeler le taux de remplissage l’année dernière : plus de 300 personnes au Grand Atelier).
  2. Instaurer une relation avec le public en créant une identité forte et ambitieuse par le biais d’outils de communication tels que des flyers, affiches, stickers, etc.
  3. La venue de 2 célèbres DJs parisien et bordelais l’année dernière avait marqué la soirée au Grand Atelier et les esprits. Le Mans doit faire partie des villes à la pointe des nouvelles technologies en matière de musique puisqu’elle l’est déjà d’un point de vue scientifique (avec le LAUM par exemple). Notre formation, portée par la faculté des Lettres, apporte cet élément artistique et créatif indispensable en complémentarité à cette dimension scientifique.

L’équipe Microsillon

Page Facebook